[ Test ] Final Fantasy XV

1480954116-1911-card

Des années de développements, plusieurs noms différents et ce Final Fantasy est enfin arrivé. Je ne reviendrais pas sur ses années chaotiques qu’a connu le développement mais plus sur l’expérience vidéoludique que m’a offert ce titre. Final Fantasy XV raconte le road-trip du Prince héritier Noctis et de ses trois amis en direction de l’Oracle Lunafreya, sa bien-aimée avec qui, il doit sceller l’union qui offrira la paix au monde d’Eos.

Screen Shot 01-09-17 at 04.38 PM 001.PNG

Square-Enix nous livre ici un Action-RPG dans un monde ouvert, du moins pour la première grosse partie du jeu. Qui dit « Action-RPG » dit adieu au tour par tour. Ici, le système de combat est dynamique et assez plaisant. On a la possibilité de jongler entre les armes et d’être soutenu par ses camarades. Le monde est vaste, vous pouvez aller principalement où vous voulez, même si parfois, il vous arrivera d’être bloqué par des murs invisibles. Le jeu est beau, assez inégal parfois, mais par moment la beauté de certains effets vous chatouilleront avec plaisir la rétine. Que ça soit les effets de lumières dans différents lieux ou simplement les jolis reflets dans l’eau.

screen-shot-01-09-17-at-04-37-pm-002

Final Fantasy XV est réellement un jeu pour les fans et les petits nouveaux, il reste accessible, surtout dès qu’on a assimilé le système d’attaques et de défenses automatisées. Les attaques Eclipse qui donnent à Noctis, la possibilité de foncer directement sur l’ennemi ou de se téléporter à l’abri pour recharger sa barre de PM est une excellente idée, même si parfois la caméra n’aide pas beaucoup. Dès qu’il y a trop d’ennemis proche de vous, vous perdez totalement en terme de lisibilité ce qui est assez chaotique parfois.

Screen Shot 01-09-17 at 04.36 PM.PNG

Après plusieurs combats, on a la possibilité de booster nos compétences grâce aux PC récupérés. Le système est simple, les compétences sont séparées par spécialité, ce qui permet de faire des choix mesurés pour avancer dans l’aventure. Si vous boostez vos armes Fantômes récupérées dans différents tombeaux, votre voyage se passera sans réel soucis. Concernant la magie rien d’exceptionnel, elle sert limite à rien. Les invocations même si elles ont de la gueule, elles sont totalement scriptées, utilisables de façons aléatoires et liées à certains environnements.

screen-shot-01-09-17-at-04-37-pm

Pendant votre voyage, vous aurez le choix entre différents véhicules. La fameuse Régalia, superbe voiture qui restera fixée sur des rails jusqu’à la fin de la trame principale. Mais si vous décidez de quitter la route, vous pouvez voyager à dos de Chocobo, ce qui est beaucoup plus agréable que la voiture et limite beaucoup plus rapide. Le seul avantage de la Régalia, c’est qu’elle vous permettra d’écouter les musiques des anciens Final Fantasy mais qui faudra au passage débloquer dans les différentes boutiques du jeu en payant 100G. D’ailleurs pour les fans de salons tuning le Dimanche matin sur le Parking de Carrefour et de Fast and Furious, il est possible de faire du tuning. Il vous sera rapidement possible de changer la couleur extérieur comme celle de l’intérieur. C’est blingbling, c’est un petit bonus mais c’est toujours bon à prendre.

screen-shot-01-09-17-at-06-54-pm

screen-shot-01-09-17-at-04-35-pm-001

Le jeu a quelques petits soucis techniques mais a beaucoup de soucis scénaristiques, on sent bien qu’il manque des parties, on se demande parfois « c’est qui lui? » ou « J’ai raté un épisode? ». Pourtant le jeu commence vraiment bien, mais dès qu’il quitte sa partie monde ouvert et qu’il se concentre sur le scénario, au moment qu’il devient un vrai couloir, on ressent bien qu’il a été terminé sur un post-it. Dès que l’on prend le bateau, c’est terminé, le jeu devient d’un ennui et je ne vous parle pas du train. Heureusement qu’il est possible de revenir dans le monde ouvert grâce à une pirouette du scénario,  pour s’amuser un minimum même si les missions secondaires ne sont pas folichonnes. Trouver des grenouilles ou récupérer une cargaison de flageolets, ne fait pas rêver, on est loin des quêtes annexes de The Witcher 3.

ffxv-analyse-29122016-05

Pour conclure, Final Fantasy XV est un des piliers de 2016 à avoir dans sa ludothèque, c’est un excellent jeu qui a tout de même des lacunes. Avec ce titre, Square-Enix, nous fait comprendre que même les japonais savent faire de bons Action-RPG et qu’ils peuvent être au niveau de grands jeux en monde ouvert comme il se fait en Pologne. J’espère que les soucis scénaristiques seront réglés par des DLC et que pour le prochain épisode, on aura pas ce genre de problème qui peut facilement gâcher une expérience de jeu.

screen-shot-01-09-17-at-04-37-pm-001

Les plus :

  • Le système de combat
  • La première partie du jeu en monde ouvert
  • Les personnages principaux attachants
  • Les musiques
  • Les animations de toutes beautés
  • Les invocations impressionnantes…

Les moins :

  •  …mais trop rares
  • La deuxième partie du jeu ( après la bateau… )
  • Une caméra dans les chaussettes pendant certains combats
  • Des trous dans le scénario
  • Des quêtes annexes du niveau d’un enfant de 5ans
  • Problème de synchronisation labiale

ffxv

Publicités

À propos de vielo4k

Gros Connard depuis 1989, Gameur depuis 1993, Branleur depuis 1999, Glandeur depuis toujours.

Publié le janvier 9, 2017, dans Tests, et tagué . Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :