[ Test ] Control

Control-Digital-Deluxe-Edition-e1565363435181.jpg

Le studio Remedy, les papas de Max Payne, de l’excellent Alan Wake et du plutôt critiqué Quantum Break que personnellement, j’ai bien aimé, sont de retour avec une toute nouvelle licence. Et encore une fois, ils arrivent avec leur talent d’écriture très adulte tout en exposant ça dans un vrai jeu vidéo avec une vraie courbe de progression.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Concernant le scénario, alors croyez moi dès le départ, ne cherchez pas à comprendre quoique ce soit. Le joueur est placé à l’intérieur d’un bâtiment immense avec des couloirs, des escaliers, des ascenseurs, bref un joli bordel architecturale. Plus vous avancerez vers l’inconnu, plus vous comprendrez le scénario. Remedy a réussi à créer une avancée scénaristique qui force le joueur à lire les documents que vous ramassez, les messages que vous pouvez apercevoir sur certains murs dans des salles et à vous forcer à discuter avec des personnages. Si vous ne vous attardez pas à tout ça, laissez tomber, vous ne comprendrez rien au scénario et vous risquez clairement de vous perdre dans ce « Metroid-Vania ».

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Concernant le gameplay, c’est du TPS assez proche de Quantum break, des entités vous attaquent, vous avez une seule arme, un flingue qui est modifiable plus vous avancerez dans le jeu. L’héroïne Jesse fait face à l’Abysse au sein du Bureau Fédéral du Contrôle. Cette chose est devenue instable et le soucis c’est que ça fout un sacré bordel. En plus de votre super flingue, la demoiselle aura divers pouvoirs pour avancer. D’où le fait que je trouve que le jeu est réellement conçu comme un Metroid, étant donné que pour aller dans certains endroits, il faudra forcément une capacité spécifique. Dans chacune des zones vous trouverez un checkpoint, qui vous permettra de un, de vous TP sur la MAP à d’autres Checkpoints et de deux d’ouvrir l’arbre de compétences pour améliorer soit le flingue soit les pouvoirs de Jesse.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour conclure, le jeu est une superbe investigation surnaturelle à l’intérieur d’un bâtiment où le temps et les formes sont incontrôlables. Remedy prouve encore une fois, qu’ils ont de l’or dans les mains et qui savent faire des expériences de jeu uniques. Le jeu est destiné à un public averti qui cherche une vraie expérience avec un vrai scénario intéressant et mature. Si vous avez toujours voulu être Jean Grey des X-men, courez acheter ce jeu.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Screen Shot 09-02-19 at 02.03 PM 004.PNG

Les Plus :

  • Graphiquement très joli
  • L’actrice Courtney Hope bien modélisée
  • Le flingue modifiable
  • Le coté Jean Grey des pouvoirs
  • Le moteur physique est dingue
  • L’interaction avec le décor de folie

Les moins :

  • Scénario complexe pour rien
  • Des soucis de synchro-labial
  • Une VF pas toujours top
  • L’obligation de tout lire
  • Quelques soucis avec la MAP
  • Parfois des GROSSES baisses de framerate

dsh-2

 

Publié le septembre 2, 2019, dans Tests, et tagué , , , , . Bookmarquez ce permalien. 1 Commentaire.

  1. J’ai joué à Max Payne et à Alan Wake et je les ai trouvés plutôt sympas. Après avoir lu ton article, je pense que ce sera de même avec Control. Je compte l’obtenir très bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :